[Article en cours] [MicroJob] Rédaction – référencement pour webmasters à Royan

Être rédacteur spécialisé dans la conception sémantique de sites est un atout majeur pour l’obtention de contenus pertinents. Il s’agit en effet d’une seconde nature que de développer avec des mots la texture d’un système.

Certes, WordPress est pratique mais l’utiliser est bien plus effectif quand on a acquis suffisamment de connaissances pour développer un cms soi même.

C’était mon cas lorsque je découvris le potentiel de ce gestionnaire de contenus, vers 2009/2011. Je l’avais déjà rencontré auparavant, notamment via sa plateforme.

Les webmasters et professionnels d’alors dénigraient un peu le web: wordpress, Google, c’était pour eux l’aspect sale de l’internet.

On préférait se présenter comme un vrai développeur système et réseaux, utilisant des outils complexes, au sein de protocoles complexes. On était soit webmaster, soit développeur. Je simplifie le contexte, je développerai plus tard si possible.

Sauf que les moteurs de recherche sont bien pratiques, et devenant des leviers d’acquisition de trafic, avec en plus la transition générale qui surgissait, tout le monde s’est mis au pas, et pour cause: il existait une véritable lacune, une problématique demeurant, qui consistait à rentabiliser son activité, son travail. Tout devait être libre et gratuit donc il fallait bien pouvoir vivre d’un métier qui consiste à permettre de produire cela.

À ce moment là, il y avait pas ou peu de web pro sans devoir passer par un interface internet  réseau, système contrôlé par un intermédiaire, les modèles de viabilité balbutiaient. Certains proposaient des points convertibles, des insertions de bannière, cela pouvait en théorie permettre de rentabiliser un site internet seulement, on ne contrôlait pas grand chose, le sérieux et la pérennité à terme court semblait même parfois vacillants. On lisait que soudainement, certains sites ici et là ne payaient pas les points, faute de rentabilité de leur business…et ça c’était avant les ads.

Le modèle du dropshipping a quant à lui suivi un chemin, avec son apogée, sa chute et sa renaissance, le grand public s’y est mis de la même façon que pour les infoproduits.

Je n’ai adhéré à aucun de ces modèles, j’ai en effet pensé que le positionnement sur Google devait être une voie à expérimenter avec une approche de développeur concepteur.
La généralisation de la maîtrise des bases du web et la prise de conscience de l’intérêt de s’exprimer et d’interagir au travers de plateformes, de concepts, de niches spécifiques, tout cela a changé la donne et a permis de multiples transformations réussies, l’aspect légal du growth hacking y est pour beaucoup car l’environnement juridique d’un service est quand même là clé de voûte d’un modèle pour en déterminer son sérieux et sa durabilité, sans oublier le risque. En effet, devenir tiers de transaction dans une plateforme de mise en relation, ce n’est pas sans responsabilités, on dépasse le niveau de la conception de site internet en abordant un cadre technique légal très pointu. Uber et Airbnb sont de bons exemples de batailles juridiques mouvementées.

Pour en revenir au sujet, concernant l’évolution du web dans ses modèles de transformations, et l’évolution des métiers qui lui sont liés:
à ce moment là vers 2008/9 le terme d’appli web était à la mode, FB proposait même l’inclusion de widgets [cf plugin, snippets, librairie, module, app] de dev c’était encourageant…mais cette dynamique fut avortée. D’où la nécessité d’interopérabilité même au sein du web: être cross platform demeure l’impératif pour de la durabilité du point de vue du dev.

Les dev ont mis du temps à respecter le web… puis ils sont devenus développeurs web! D’ailleurs je suis sûr qu’aujourd’hui tous les acteurs se considèrent pionniers.

Ont ils squeezzé ce douloureux moment? Faire l’impasse, faire l’abstraction, repenser un contexte passé, le remodeler, omettre, vive le
webmarketing embryonnaire!

Il faut être convaincu pour convaincre les autres? Pas forcément, on peut être convaincu qu’il faut « convaincre les autres », chaque partie alors n’est pas convaincue par la même chose, mais ces choses là ont une passerelle, celle du masque d’un prospecteur sournois.
Après tout ne s’est on pas auto convaincu de façon à convaincre autrui sur soi et le réel? C’est ce qu’on apprend en force de vente de force non?

Vous savez quoi dès que l’on crée une simple fonction, cela se transforme en concept marketing. Mais si c’était pas le cas ça se vendrait mal. Alors que faire? Comprendre de quoi on parle, c’est le préalable et pour cela du temps et de l’énergie sont nécessaires.

Certes Monsieur Tutetute, peut être bien Madame Pinpon. Vous avez lu jusqu’au bout? Mais c’est génial ça, alors où c’est qu’on en était-on? Ah oui, le web où avait on la tête.

[À suivre]


J’ai décidé de faire du référencement local pour webmasters sur Royan vers 2012.

Ce nom de domaine est ancien. Je n’ai pas forcément ressenti la volonté de tiers pour la transition digitale à ce moment là, il fallait que l’impulsion soit institutionnelle pour que tout le monde s’y mette et j’ai décidé peu avant cela de rectifier ma direction en globalisant mon champ d’action concernant les lieux et les thèmes.

À ce moment là je me considerais comme ex technicien de maintenance informatique, avec un grand intérêt pour la topo des réseaux, les modes de connexions, car il était pour moi super important de comprendre comment ça marchait.

Ce fut de 2006 à 2008/9.

J’avais déjà commencé à utiliser et comprendre des programmes, je rassemblais des connaissances pour savoir quoi apprendre, car le piège dans ce domaine, c’est d’acquérir un savoir périssable, dont le risque d’obsolescence à court terme est probable.

Regardez Flash par exemple. Faire le lien entre maths, électronique et code pour comprendre un language et en manier un de pérenne, tel était mon but.

Un langage du web ou pas? Et c’est là que j’entends les pros qui savent tout incanter C++ en crachant fièrement sur PHP et Javascript le fouineur. A bas le cookie, il nous regarde quand on est en slip! Non diou diou, je le sens Google is back. L’électricité coûte cher, on a dupé ses robots, mais n’oubliez pas son slogan:

Ne soyez pas malveillants.

Il n’a fait que nous observer, aujourd’hui il teste l’IA qui a appris à identifier les méthodes deep, les astuces dites profondes qui visent à tromper les robots d’indexation en vue d’un meilleur classement.

Un test, du machine learning, voilà sans doute pour quoi M. Andrieu constate un changement étrange.

Google est en effet en train de reconsidérer ses classements avec des critères inhabituels, c’est ce dont parle un peu M. Andrieu en ce moment. En fait il le sait sûrement, il le dit peut être à demi mot, mais au vu de l’hégémonie du webmarketing sulfureux, il émet probablement  des réserves à chaud de peur de froisser.

Mais après tout, ne voit il pas enfin son rêve se concrétiser, celui d’un Google plus juste avec des concepteurs sincères qui aiment ce job, récompensés, sans orgueil ni prétention?

Bref, je spécule, mais c’est une constatation qui me paraît juste.


Rédacteur pour la création de sites internet sur Royan

La rédaction de contenu éditorial pertinent et sponsorisé permet l’augmentation de votre trafic internet.
Le référencement local est un atout majeur, un levier indispensable pour accroître votre activité.

Prenez y vous à l’avance, il faut compter des cycles de 1,2,3 à 6 mois pour observer l’évolution dans la prise en compte de vos publications.

Laisser un commentaire